AccueilA la UneStanis Bujakera Tshiamala...

Stanis Bujakera Tshiamala : Un Journaliste emprisonné qui secoue la RDC

Kinshasa, le 05 octobre 2023 – Depuis maintenant plus de vingt-six jours, le célèbre journaliste congolais Stanis Bujakera Tshiamala est en détention à la prison de Makala à Kinshasa. Cette affaire a suscité une mobilisation massive, tant au niveau national qu’international, et a soulevé de nombreuses interrogations quant à la liberté de la presse en République démocratique du Congo (RDC).

Qui est Stanis Bujakera Tshiamala ?

Stanis Bujakera Tshiamala, âgé de 33 ans, est un journaliste de renom qui a été notre correspondant à Kinshasa depuis janvier 2019. Il a également collaboré avec l’agence Reuters et a été l’un des co-fondateurs, en 2016, du site d’information Actualité.cd, qui est l’un des médias les plus suivis en RDC. Sa notoriété a explosé grâce à son compte sur X, créé en 2016, qui compte aujourd’hui près de 550 000 abonnés. Il publie régulièrement sur des sujets d’actualité en RDC et est connu pour sa rigueur journalistique et son influence.

Stanis Bujakera Tshiamala a une devise : « l’information certifiée », qu’il appose sur les documents qu’il diffuse pour garantir leur authenticité. En 2020, il avait été approché pour rejoindre l’équipe de la presse présidentielle, une proposition qu’il avait poliment déclinée.

Cependant, au cours des derniers mois, il a été la cible de tentatives d’intimidation sur les réseaux sociaux et de menaces de la part de certains responsables politiques congolais. En mars dernier, un ministre avait même déposé une plainte contre lui, avant de la retirer par la suite.

Les Accusations et la Procédure

La détention de Stanis Bujakera Tshiamala a été déclenchée par la publication d’un article sur le site de Jeune Afrique, qui faisait état d’une note attribuée à l’Agence nationale de renseignement (ANR) impliquant les renseignements militaires congolais dans l’assassinat de l’ancien ministre et opposant Chérubin Okende. D’autres médias ont également relayé cette information. Les autorités ont réagi en affirmant qu’il s’agissait d’un faux, comme l’a confirmé le ministre de l’Intérieur dans un courrier daté du 9 septembre, soit le lendemain de l’arrestation de Stanis.

Jusqu’à présent, aucune preuve concrète démontrant une erreur de la part de Stanis Bujakera Tshiamala n’a été présentée, mais il fait face à de graves accusations, notamment de « faux en écriture », de « propagation de faux bruits », de « falsification des sceaux de l’État » et de « transmission de messages erronés et contraires à la loi ». Selon le Code pénal congolais, il risque une peine de dix à quinze ans de prison en cas de condamnation.

Il est important de noter que cela ne serait pas la première fois qu’un journaliste est emprisonné en RD Congo. En 2015, Daniel Safu, aujourd’hui député, avait été condamné à deux ans de prison suite à une plainte pour outrage déposée par deux députés nationaux. Il avait finalement été libéré conditionnellement en janvier 2016.

Réactions et Soutiens

La détention de Stanis Bujakera Tshiamala n’est pas passée inaperçue, tant au niveau national qu’international. Les réseaux sociaux ont été le théâtre de nombreuses demandes de libération pour Stanis, avec le hashtag #FreeStanis devenu viral. Des personnalités renommées telles qu’Achille Mbembe, Alioune Tine, Calixthe Beyala, Anas Aremeyaw Anas, Elgas, Rama Yade, Mamane, Fred Bauma, Serge Bilé et Smockey ont toutes exprimé leur soutien à sa libération.

Les chancelleries occidentales n’ont pas non plus été indifférentes à cette affaire. L’ambassadrice des États-Unis en RDC, Lucy Tamlyn, s’est dite profondément préoccupée par la détention de Stanis, soulignant que « les journalistes devraient pouvoir exercer leur travail sans craindre des poursuites ». De nombreuses délégations diplomatiques, dont celles de la Belgique, de la France, des Pays-Bas, de l’Espagne et de l’Union européenne, ont également suivi de près cette affaire.

En outre, la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis a appelé à la libération immédiate de Stanis, insistant sur l’importance de permettre aux journalistes de mener à bien leur travail sans entraves.

Conclusion

L’incarcération de Stanis Bujakera Tshiamala a suscité une vive émotion au sein de la communauté journalistique et parmi les défenseurs de la liberté de la presse en RDC. Les questions concernant la liberté d’expression et les droits des journalistes demeurent au centre de cette affaire qui continue de faire couler beaucoup d’encre, suscitant l’espoir d’une résolution rapide et juste.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Coup d’État avorté en RDC : le récit poignant de l’épouse de Vital Kamerhe

L'attaque survenue le dimanche 19 mai à la résidence du vice-premier ministre sortant de la République démocratique du Congo, Vital Kamerhe, a plongé sa famille dans un cauchemar dont l'issue aurait pu être tragique...

Reprise du trafic sur l’avenue Nguma à Kinshasa : un pas vers la normalisation de la circulation urbaine

Le ministre des Infrastructures, A. Gisaro, a récemment annoncé la reprise du trafic sur certains tronçons de l'avenue Nguma à Kinshasa, à partir du lundi 20 mai. Cette ouverture concerne spécifiquement le rond-point Kintambo

Éliminatoires Mondial : Silas Katompa forfait contre le Sénégal et le Togo

La Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA) a récemment annoncé un coup dur pour l'équipe nationale de la RDC. En effet, l'attaquant de Stuttgart, Silas Katompa, ne pourra pas participer aux prochains matchs des éliminatoires de la Coupe du Monde 2026...