Le Burundi accuse le...

Dans une récente déclaration officielle, le gouvernement du Burundi a exprimé de graves préoccupations, accusant le Rwanda de jouer un rôle dans les récentes violences qui ont secoué la province de Bubanza. L'incident, survenu dimanche dernier à Buringa, a été marqué par une attaque dévastatrice attribuée au groupe Red Tabara

Redirection controversée des fonds...

Dans une révélation qui suscite un vif débat au sein de l'opinion publique et des cercles politiques congolais, une correspondance émanant de Jean-Pierre Bemba Gombo, Vice-Premier Ministre en charge de la Défense nationale et des Anciens combattants, a été mise au jour, exposant une demande controversée adressée aux responsables de la gestion des péages routiers du pays.

Montée de l’insécurité à...

Dans la tranquillité trompeuse de la nuit, la ville de Goma, située au cœur du Nord-Kivu, a une fois de plus été le cadre d'actes de violence alarmants. La dernière série d'incidents, survenue dans la nuit de dimanche, témoigne d'une escalade inquiétante de l'insécurité urbaine qui frappe cette région depuis l'aube de l'année 2024.

RDC : Stabilité et...

En République démocratique du Congo, l'évolution récente de l'économie nationale soulève des interrogations et espoirs dans un contexte mondial incertain, marqué par des défis géopolitiques et environnementaux persistants. Lors de la dernière réunion du conseil des ministres, la gouverneure de la Banque centrale du Congo, Malangu Kabedi, a partagé des nouvelles significatives sur la situation économique actuelle du pays, reflétant les adaptations et les défis auxquels l'économie congolaise est confrontée.
AccueilA la UneTony Mwaba et...

Tony Mwaba et Mohindo Nzangi : Médiateurs dans la crise ITI-ISPT/Gombe

Kinshasa, le 4 octobre 2023 – Une situation tendue a récemment éclaté entre l’Institut Technique Industrielle (ITI/Gombe) et l’Institut Supérieur Pédagogique et Technique (ISPT/Gombe) dans la Commune de la Gombe à Kinshasa. Les protagonistes de cette crise, les ministres Tony Mwaba de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) et Mohindo Nzangi de l’enseignement supérieur et universitaire (ESU), ont décidé d’unir leurs forces pour tenter d’apaiser les tensions.

Le dimanche dernier, la situation a atteint son paroxysme lorsque le Directeur Général de l’ISPT a fait irruption sur les lieux avec deux bus de Transco remplis de « Kulunas », des bandits urbains. Leur mission ? Expulser, sans mandat ni légitimité, les familles des enseignants de l’ITI/Gombe, qui étaient jusqu’alors logées dans l’ancien internat des élèves de l’ITI, un établissement qui a vu le jour en 1952. Il convient de rappeler que l’ISPT a été créé en 1976 dans le but de former les enseignants destinés à encadrer les élèves de l’ITI/Gombe. L’incident a laissé un sillage de destruction, les biens des familles ayant été saccagés, vandalisés et pillés par cette bande d’individus, qui a repris ses actes à trois heures du matin le lundi 2 octobre dernier.

Face à cette situation, les familles des enseignants de l’ITI/Gombe ont trouvé refuge dans les salles de classe, privant ainsi les élèves de leur accès à l’éducation. Lorsque les élèves sont arrivés sur les lieux le lendemain matin, ils se sont heurtés au mur érigé par l’ISPT, ce qui a rapidement dégénéré en affrontement. Les jets de projectiles entre les étudiants et les élèves ont contraint les forces de l’ordre à intervenir en tirant des balles de sommation pour disperser la foule.

Conséquence directe de ces événements, les cours à l’ITI/Gombe ont été interrompus, car 9 salles de classe sont actuellement occupées par 27 familles d’enseignants.

Face à cette impasse, le ministre de l’EPST a fait appel à son homologue de l’ESU pour effectuer une visite conjointe sur les lieux, dans le but de mieux comprendre la situation.

Lors de leur visite, les comités de direction des deux établissements ont exposé leur version des faits.

Dans une démarche de médiation, les deux membres du gouvernement ont expliqué aux enseignants que la concession suscite également l’intérêt d’un usurpateur présumé, qui aurait émis un faux certificat d’enregistrement et chercherait à tout perturber. C’est pourquoi, ils ont appelé à un cessez-le-feu entre les deux établissements, afin de faire front commun contre cet individu et d’engager ultérieurement un débat, basé sur des documents historiques, pour déterminer à quel ministère appartient la concession.

« L’urgence réside dans la reprise des cours à l’ITI/Gombe. Pour ce faire, il est impératif de trouver un logement pour les familles des enseignants expulsées », a déclaré Tony Mwaba, invitant son collègue à prendre une décision similaire concernant les étudiants qui occupent le bâtiment. « Tout comme les enseignants ont été délogés, le bâtiment doit rester vide sans les étudiants qui l’occupent », a-t-il ajouté.

Avant de quitter les lieux, Tony Mwaba a appelé les familles des enseignants au calme et à la paix, tout en leur assurant qu’une solution pour leur logement serait trouvée à partir de jeudi.

Par ailleurs, un enseignant en charge des affaires sociales à l’ITI/Gombe, désormais handicapé à cause de la situation, a partagé en détail les souffrances vécues le dimanche dernier, émouvant même les deux ministres qui ont sollicité un accès pour observer les conditions de vie des objets des familles des enseignants expulsés, contraintes de passer leurs nuits à la belle étoile.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Le Burundi accuse le Rwanda de soutenir des actes de violence sur son territoire

Dans une récente déclaration officielle, le gouvernement du Burundi a exprimé de graves préoccupations, accusant le Rwanda de jouer un rôle dans les récentes violences qui ont secoué la province de Bubanza. L'incident, survenu dimanche dernier à Buringa, a été marqué par une attaque dévastatrice attribuée au groupe Red Tabara

Redirection controversée des fonds des péages vers la défense : Jean-Pierre Bemba au cœur d’une polémique

Dans une révélation qui suscite un vif débat au sein de l'opinion publique et des cercles politiques congolais, une correspondance émanant de Jean-Pierre Bemba Gombo, Vice-Premier Ministre en charge de la Défense nationale et des Anciens combattants, a été mise au jour, exposant une demande controversée adressée aux responsables de la gestion des péages routiers du pays.

Montée de l’insécurité à Goma : Une nuit d’horreur pour trois jeunes

Dans la tranquillité trompeuse de la nuit, la ville de Goma, située au cœur du Nord-Kivu, a une fois de plus été le cadre d'actes de violence alarmants. La dernière série d'incidents, survenue dans la nuit de dimanche, témoigne d'une escalade inquiétante de l'insécurité urbaine qui frappe cette région depuis l'aube de l'année 2024.