Violence persistante à Mai-Ndombe...

La région de Kwamouth, située dans le territoire de Mai-Ndombe, est une fois de plus le théâtre de violences choquantes. Vendredi dernier, au village Mukele, un agriculteur a été sauvagement égorgé par les miliciens Mobondo, plongeant la communauté dans une nouvelle vague d'horreur.

Intensification des combats au...

Dans le contexte de l'escalade des hostilités au Nord-Kivu, Amnesty International a réitéré son appel pressant aux autorités de la République démocratique du Congo (RDC) afin qu'elles prennent des mesures immédiates pour protéger et assister les civils pris au piège des affrontements entre l'armée congolaise et les combattants du Mouvement du 23 mars (M23).

L’UE et le Rwanda...

L'Union européenne (UE) et le Rwanda ont scellé un partenariat stratégique en signant un protocole d'accord visant à promouvoir le développement de chaînes de valeur durables pour les matières premières critiques. L'accord, signé par Jutta Urpilainen, commissaire européenne aux partenariats internationaux

Transformation numérique : Mokilink...

Kinshasa, le 19 février - Mokilink Services, acteur incontournable du secteur des services...
AccueilA la UneStanis Bujakera :...

Stanis Bujakera : Demande de liberté provisoire et contre-experts renouvelée

Par Manassé Kitemoko Kosi

Kinshasa, le 3 novembre – La saga judiciaire de Stanis Bujakera continue à captiver l’attention alors que ses avocats ont récemment renouvelé leurs demandes de liberté provisoire et de nomination de contre-experts. Une troisième audience s’est tenue au tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, siégeant à la prison Makala, le vendredi 3 novembre.

Stanis Bujakera, le directeur de publication adjoint d’ACTUALITE.CD et correspondant de Jeune Afrique, a été arrêté le 8 septembre dernier à l’aéroport de N’djili à Kinshasa. Il est poursuivi pour un présumé « faux document » attribué à l’Agence nationale de renseignement (ANR), sur la base duquel un article non signé par lui-même dans Jeune Afrique retrace le rôle supposé du service de renseignement militaire dans l’assassinat du député et opposant Chérubin Okende. Les accusations qui pèsent contre Bujakera incluent « faux en écriture, falsification des sceaux de l’État », « propagation de faux bruits« , et « transmission de messages erronés et contraires à la loi.« 

Lors de l’audience de vendredi 20 octobre, les avocats de Bujakera avaient déjà formulé leurs demandes, dont la liberté provisoire, qui avait été rejetée. Cependant, ils ont décidé de renouveler ces demandes lors de la récente audience, citant les multiples contradictions de l’accusation comme motif.

Me Ndikulu Yana, porte-parole du collectif d’avocats de Stanis Bujakera, a déclaré : « Nous avons renouvelé la demande de liberté provisoire de notre client Stanis Bujakera, nous l’avons formellement écrite parce que 15 jours sont déjà passés depuis la dernière audience où on avait rejeté notre demande. Nous l’avons renouvelée par écrit auprès du tribunal qui l’a prise en délibéré. Et nous avons demandé qu’on puisse nommer des contre-experts. Nous avons demandé deux experts : Gary Miller, expert canadien de la lutte contre l’espionnage numérique, et Emmanuel Gontcho, expert congolais et directeur général de l’agence G&G.« 

Le tribunal a prévu de se prononcer sur la demande de contre-expertise le 17 novembre, tandis que pour la liberté provisoire, les avocats espèrent une décision d’ici à lundi prochain.

Me Jean-Marie Kabengela a expliqué : « Le tribunal va statuer dans les 48 heures sur la demande de mise en liberté provisoire, c’est-à-dire au plus tard lundi. Il doit se prononcer d’ici au 17 novembre, date de la prochaine audience, sur la demande de contre-expertise.« 

La nomination des contre-experts est cruciale pour la manifestation de la vérité, en particulier en ce qui concerne la prévention de la fabrication du sceau de l’ANR, retenue contre Stanis. Lors de la précédente audience, les avocats du journaliste avaient demandé au tribunal de réquisitionner l’ANR afin d’apporter le sceau original qui figure sur le document à l’origine de l’arrestation de M. Bujakera.

La défense a maintenu que la comparaison avec un spécimen officiel de l’ANR est nécessaire pour déterminer s’il s’agit réellement d’un faux. Ils ont affirmé que leur client n’était pas responsable de la fabrication du sceau.

Stanis Bujakera est en prison depuis bientôt deux mois, et son sort reste incertain. La décision du tribunal le 17 novembre sera cruciale pour la suite de cette affaire qui continue à faire les gros titres.

Manassé Kitemoko Kosi, Bisonews.cd

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Violence persistante à Mai-Ndombe : Un agriculteur victime des miliciens Mobondo à Kwamouth

La région de Kwamouth, située dans le territoire de Mai-Ndombe, est une fois de plus le théâtre de violences choquantes. Vendredi dernier, au village Mukele, un agriculteur a été sauvagement égorgé par les miliciens Mobondo, plongeant la communauté dans une nouvelle vague d'horreur.

Intensification des combats au Nord-Kivu : Appel pressant d’Amnesty International à la protection des civils

Dans le contexte de l'escalade des hostilités au Nord-Kivu, Amnesty International a réitéré son appel pressant aux autorités de la République démocratique du Congo (RDC) afin qu'elles prennent des mesures immédiates pour protéger et assister les civils pris au piège des affrontements entre l'armée congolaise et les combattants du Mouvement du 23 mars (M23).

L’UE et le Rwanda s’allient pour favoriser des chaînes de valeur durables

L'Union européenne (UE) et le Rwanda ont scellé un partenariat stratégique en signant un protocole d'accord visant à promouvoir le développement de chaînes de valeur durables pour les matières premières critiques. L'accord, signé par Jutta Urpilainen, commissaire européenne aux partenariats internationaux