AccueilA la UneLe M23 entrave...

Le M23 entrave les opérations de la MONUSCO à rumangabo : Un défi persistant à la stabilité dans le Nord-Kivu

Dans le Nord-Kivu de la République Démocratique du Congo (RDC), une préoccupation croissante continue d’obscurcir le paysage politique et sécuritaire, suscitant des inquiétudes parmi les observateurs internationaux. La Rébellion du M23, soutenue par le Rwanda, maintient sa posture défiant les autorités congolaises, tandis que la Mission de l’ONU pour la Stabilisation en RDC (MONUSCO) se trouve confrontée à des obstacles substantiels dans sa mission de maintien de la paix.

La Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU, Bintou Keita, s’est exprimée de manière véhémente à New York au sujet de cette situation préoccupante. Bien que le cessez-le-feu entre les forces armées congolaises et le M23 soit, dans l’ensemble, respecté, la région demeure un foyer d’instabilité. Les combats ont récemment pris de l’ampleur, notamment entre le M23 et les groupes armés alliés au gouvernement congolais.

Madame Keita a souligné avec insistance le fait que le M23 exerce toujours un contrôle ferme sur des points de communication stratégiques dans les territoires de Masisi, Rutshuru et Nyiragongo. De plus, le groupe rebelle n’a pas honoré les engagements qu’il avait pris dans la feuille de route de Luanda, un fait préoccupant qui ne peut être ignoré.

Une circonstance particulièrement alarmante réside dans l’obstruction persistante par le M23 des missions de la MONUSCO à Rumangabo, situé dans le territoire de Rutshuru. Ces missions avaient pour but de préparer le site identifié pour le pré-cantonnement du M23, une étape essentielle vers une résolution pacifique du conflit. Madame Keita a vivement regretté cette obstruction et a lancé un appel pressant au M23 pour qu’il dépose les armes et se retire immédiatement des territoires qu’il occupe illégalement. De surcroît, elle a solennellement exhorté les États signataires de la feuille de route de Luanda à apporter leur soutien inconditionnel à ce processus de paix.

Le M23, qui se présente comme un mouvement nationaliste, soulève toutefois des interrogations quant à ses véritables intentions et à une éventuelle radicalisation, en dépit de sa volonté affichée de négocier directement avec le gouvernement congolais avant toute démobilisation.

La situation au Nord-Kivu reste donc volatile et incertaine, tandis que les acteurs internationaux se mobilisent pour trouver une solution durable à ce conflit qui perdure depuis trop longtemps. Les enjeux sont considérables, et la stabilité de la région en dépend largement. Le monde attend avec impatience des développements positifs qui permettront de mettre fin à cette crise et d’ouvrir la voie à une paix durable dans l’est de la RDC.

Soyez averti chaque fois que nous publions quelque chose de nouveau !

continuer la lecture

Nicolas Kazadi de retour à Kinshasa après un séjour en France

Nicolas Kazadi, l’ancien ministre des Finances, est de retour à Kinshasa depuis le 22 juillet, après un séjour en France. Cette visite avait été validée par le parquet général près la Cour de cassation pour des raisons humanitaires, mais son retour est étroitement surveillé dans le contexte des accusations en cours.

Nouveau report dans l’affaire Bukanga Lonzo : prochaine audience en novembre

La saga judiciaire de Bukanga Lonzo connaît un énième rebondissement. Ce lundi, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé le report de l'audience au 11 novembre 2024. Cette décision a été motivée par une demande de renvoi de Christo Stephanus Grobler pour des raisons de santé, ainsi que par des changements prévus dans la composition des membres de la Cour.

Régulation des lieux de culte en RDC : l’Église du Réveil du Congo réagit aux nouvelles directives

L'Église du Réveil du Congo (ERC) a apporté des clarifications importantes concernant les nouvelles mesures réglementaires sur l'implantation des lieux de culte. L'archevêque-président de l'ERC, Ejiba Yamapia Evariste, a souligné que la restriction de ne pas installer une église à moins de 500 mètres d'une autre ne concerne que les nouvelles constructions et non les établissements existants.